29/08/2010

Un peu d'humour :-)

Je sais ce dont j'ai besoin

Je me regarde simplement dans la glace

Et je vois qu'il me faut

plus de sommeil : l'homme que j'ai

me porte préjudice.

Quand je m'entends chanter, je dis :

Aujourd'hui je suis gaie , voilà qui fait du bien au teint.

Je me donne de la peine

Pour garder le teint frais, la chair ferme, mais

Je ne veux pas trop me fatiguer :

ça donne des rides

Je n'ai pas de quoi faire des cadeaux, mais

je me débrouille avec ma ration.

Je mange avec précaution : je vis

A petite allure !

Je suis pour le juste milieu;

( j'en ai vu comme ça se donner bien du mal)

BERTOLT BRECHT

Et puis encore ...

Au reste, dans ce monde qui est rempli de gens moroses

Les seules personnes admirables, vivantes, sont celles qui, comme elle,

ne sont pas le produit d'une éducation, d'une caste ou d'une classe.

Mais qui sont assez perspicaces et assez fortes pour défier les préjugés et les usages;

Et se donner elles-mêms sans détours à la vie et à ceux qu'elles aiment.

RICHARD ALDINGTON

Qui préférez-vous?

16:41 Écrit par Marcelle dans Général | Lien permanent | Commentaires (31) | Tags : humour, conforme, sincérité |  Facebook |

21/08/2010

Le petit chemin...

 


kaly et paquerette01.JPGk & p.JPG100_1756 champ01.JPG100_1775 bis 2.JPG100_1773 bis.JPG
  - Tu reconnaîtras la vérité de ton

    chemin à ce qu'il te rend heureux

                   ARISTOTE

11:40 Écrit par Marcelle | Lien permanent | Commentaires (29) |  Facebook |

15/08/2010

Au secours !!!

 

   Le loup voulait croquer la grand-mère...

   Au secours! dit-elle mollement

   C'est que ce loup est séduisant

   Et très en forme la grand-mère :-)

   On n'est pas vieux à 50 ans

 

 Pour une amie qui vient de passer le cap de la cinquantaine !!!

13:27 Écrit par Marcelle dans Général | Lien permanent | Commentaires (29) | Tags : cinquantaine, amour, vision, optimiste |  Facebook |

05/08/2010

Discours matinal à l'arbre Griehn

 

Griehn, il faut que je vous demande pardon

Je ne pouvais trouver le sommeil cette nuit tant la tempête grondait fort

Lorsque j'ai regardé dehors, j'ai remarqué que vous chanceliez

Comme un singe ivre. Ce que j'ai dit.

Aujourd'hui, le soleil jaune luit dans vos branches nues

Vous secouez encore quelques pleurs, Griehn

Mais vous savez maintenant ce que vous valez

Vous avez soutenu le combat le plus acharné de votre vie.

Des vautours s'intéressaient à vous

Et je sais maintenant: uniquement à votre inflexible souplesse vous devez

d'être encore debout ce matin.

En face de votre succès, je pense aujourd'hui:

Que cela n'a pas dû être une bagatelle que de monter si haut,

Entre les cages à lapins, si haut, Griehn

Que la tempête puisse, comme cette nuit vous atteindre.

 

BERTOLT - BRECHT

 

J'ai une tendresse particulière pour cette arbre Griehn, un jour nous sommes tous

un peu confrontés à la tempête, nous ou quelqu'un de notre entourage...

 

11:32 Écrit par Marcelle | Lien permanent | Commentaires (33) |  Facebook |