29/05/2009

Elections ( pourquoi voter?

 J'ai relu " La ferme des animaux " de George Orwell.

 

 Ce livre est passionnant dans le sens ou il démontre que, dès qu'on arrive au

 pouvoir, toutes les belles résolutions s'envolent.

 Fini les beaux discours, on profite de ses privilèges, c'est humain!

 oui mais alors ( c'est petit, c'est médiocre l'humain)

 

 Bien sur il y a des hommes et des femmes sincères, mais hélas ils font rarement

 de la politique.

 Dommage, mais je les comprends, lâcher un agneau dans un monde de loups...

 Avant tout il faut faire preuve de démagogie, c'est facile vous dites à quelqu'un

 ce qu'il veut entendre et c'est gagné!

 Après on oublie, on fait ce que veut le parti.

 Et puis il y a ces maudites coalitions, pour avoir le pouvoir, finalement il n'y

 a que cela qui importe.

 Vous avez choisi une couleur bien nette, précise, éclatante, et vous vous

 retrouvez avec un pastel fadasse.

 Dans ce livre, j'ai beaucoup de sympathie pour Malabar, le cheval courageux

 ( c'est un peu mon mari) il travaille toute sa vie comme un forcené et quand

 il devient malade, il touche le minimum parce que sa femme qui a travaillé

 elle aussi dépasse un petit peu le plafond autorisé.

 Pauvre Malabar, fini la retraite paisible dans des près verdoyants...

 

 Ensuite, toujours dans ce livre génial, il y a la montagne de sucre candi

 l'heureuse contrée où, pauvres animaux que nous sommes nous nous

 reposerons à jamais de nos peines.

 Cela arrange bien les dirigeants, les animaux sont tranquilles, ils espèrent.

 Qu'est ce qui aurait pu changer les choses dans cette histoire?

 

 Que Napoléon le cochon en chef ne soit pas aussi avide de pouvoirs et de

 prérogatives, qu'il aime sincèrement les autres animaux, même les plus

 petits, les malades, les vieux.

 Qu'il tienne sa parole et se dévoue à l'amélioration de leur condition.

 Bref, un cochon qui ne prenne pas le pouvoir pour être au dessus des autres

 mais parce qu'il veut être au service des autres.

 

17/05/2009

Le théâtre planétaire

  Le rideau s'est levé...

 

  Silence, tempête, colère, méprise

  Ce clair-obscur qui les rends fou

  Qui sont ils donc pour imposer leur opinion ?

  Au nom de leur morale étriquée, poussiéreuse, rigide

  En habit noir, l'intolérance entre en scène

  détruisant le bonheur, l'espoir, la confiance

  elle souhaite que l'autre soit son propre reflet

  mais alors, elle veut donc être seule à jouer!

 

  deuxième acte

 

  Cette monstrueuse importance qu'ils donnent à l'argent

  dérisoire pourtant dans cette tragi-comédie

  L'amour qu'ils poursuivent sans l'atteindre jamais

  car il ou elle se doit de posséder toutes les qualités

  mais il ou elle est imparfait de toute éternité...

 

  troisième acte

 

  L'un des acteurs, peut-être le plus grand

  ne s'est pas montré, ils attendent, ils espèrent

  certains prétendent l'avoir vu!

  Dieu! ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre

  objet d'amour pour les uns, instrument de guerre pour les autres

 

  Final

 

  Les comédiens sont remplacés par d'autres qui leur ressemblent

 et je me sens devenir spectateur amusé

 devant ces métamorphoses ou cet éternel recommencement

 nuage blanc qui se laisse flotter, disloquer, emporter

 éphémère, mais serein dans l'infini des choses

 particule d'infini mais enfin en osmose

 Je suis Moi dans l'espace temps

 bouleversé, ébloui, devant cette fragile symbiose

 Car si la vie est une comédie

 l'univers un théâtre...

 Je salue les artistes, minuscules et tragiques

 talentueux et magnifiques

 ils ont joués avec toute leur âme

 

Marcelle Pâques

 

02/05/2009

Parfum de chocolat

                               

parfum de chocolat paques marcelle

                                       Une grand-mère qui croit encore aux fées

                                     est-ce bien sérieux?

                                     Elle connaît même une forêt enchantée

                                     où vivent des lutins bleus

                                     Pégase nous emporte dans un rêve étoilé

                                     un monde fabuleux

                                     où les adultes coincés n'ont pas accès

                                     et c'est bien fait pour eux!

                                     Tandis que s'envolent nos éclats de rire

                                     au parfum de chocolat

                                     s'envole aussi l'ennui ce triste sire

                                     on ne le retient pas!

 

                                         Marcelle Pâques

28/04/2009

L'âme des choses et des lieux

101_0518abreskynet1     Vieille barque de pêcheurs

                                             dans un jardin retraitée

                                             dont le bois gémit et pleure

                                             sa jeunesse envolée

 

                                             Chapeau de paille déformé

                                             couvrant les vilaines pensées

                                             d'un jardinier guilleret

                                             et de sa voisine esseulée

 

                                              Tache d'encre irrévérencieuse

                                              dans un cahier d'écolier

                                              témoin de la fuite silencieuse

                                              de l'élève prisonnier

 

                                              Jardin fou, lieu enchanté

                                              havre de paix, de poésie

                                              d'où mon esprit sort rassasié

                                              des milles saveurs de la vie

 

                                                                      Marcelle Pâques

23/04/2009

Fantasmagorie

fantasmagorie,paques marcelle

 

    La lune glapit

    les étoiles roucoulent

    et le temps s'enfuit

    poursuivi par la foule

 

    Le soleil est caché

    par un brouillard toxique

    des enfants révoltés

    renversent l'obélisque

    

   Les ministres et présidents

   font une farandole

   sur le monde agonisant

   détruit pour un pactole

 

   Le petit prince bouleversé

   pense qu'ils n'ont rien compris

   une seule rose suffisait

   et un peu de modestie

 

   Mais la lune glapit

   les étoiles roucoulent

   et le temps s'enfuit

   poursuivi par la foule ...

19:58 Écrit par Marcelle dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fantasmagorie, paques marcelle |  Facebook |